phasme

Les photographes sont rarement des personnalités très expansives. Jérôme Chara, photographe marseillais, confirme la règle. Malgré sa notoriété dans le monde de la photographie d'art marseillaise, essayez donc de taper son nom dans Google : zéro réponses. Inconnu au bataillon. Et pourtant ...

la retraite à 42 ans ?

Miss Afro : Jérôme Chara existez-vous ?
Jérôme Chara :
C'est vrai qu'on peut se poser la question. Mais l'explication est simple : j'ai effectué le chemin inverse de celui des autres photographes : j'ai commencé comme professionnel pour ensuite devenir amateur.
Miss Afro : La retraite, quoi ?
Jérôme Chara (rires) : A 42 ans, oui ! Honnêtement je me suis tourné vers d'autres activités, plus lucratives.
Miss Afro : Et à présent vous travaillez gratuitement ?
Jérôme Chara : Oui. Je fais surtout du portrait et du nu en extérieur. Et parfois quelques photos pour des books de modèles.

drole%20de%20dame

capter le désir de beauté

Miss Afro : Vous ne faites pas que du nu ?
Jérôme Chara : Non, c'est vrai. J'essaie aussi de capter l'âme des objets. De leur donner un sens. Et en ce qui concerne le portrait j'essaie surtout de démontrer l'absolue unicité de chaque individu, sa cohérence, qui pour moi est la seule définition de la beauté.
Miss Afro : Vous devez donc parfaitement connaitre vos modèles ?
Jérôme Chara : C'est vrai que c'est mieux quand on se connait. Mais la magie de la photo, dès le début d'une séance, c'est que le photographe et le modèle sont en général immédiatement à l'écoute l'un de l'autre. Et au bout de quelques dizaines de minutes on se connait en général mieux que si on avait passé 3 mois de vacances ensemble. Après 12 ans de photo, ça me surprend toujours autant.
Miss Afro :
C'est donc bien la beauté que vous traquez inlassablement ?
Jérôme Chara : Oui, mais pas au sens commun. La beauté au sens philosophique. La beauté en tant que désir de beauté comme dit François Cheng. Et puis aussi l'émotion. Cette espèce de choc esthétique qui survient au premier regard, dans les premiers dixièmes de secondes, comme lorsqu'on on croise une "belle passante".

ombre-kabyle

un sens caché ?

Miss Afro : On dit qu'il y a dans beaucoup de vos photos un sens caché, un message à découvrir ?
Jérôme Chara : On le dit, oui. Mais cela n'est pas toujours vrai. Certaines recèlent effectivement un message caché et rien ne me fait plus plaisir que lorsque quelqu'un le trouve. Mais d'autres sont à ressentir de façon brute, charnellement.

Miss Afro : Accepteriez-vous de shooter des modèles pour Miss Afro ?
Jérôme Chara :
Qu'est ce que ce mot de "shooter" me hérisse... Connaissez-vous l'ensemble de ses significations en anglais ? Oui, peut-être. C'est surtout une question d'entente. Maintenant que j'ai le luxe d'être redevenu un amateur, il faut que la photo reste avant tout un plaisir.
Miss Afro : Et si à la lecture de ces lignes une modèle souhaite vous contacter ?
Jérôme Chara :
Euh... Vous transmettrez ?

colonne

3 singes

larousse

abelle

affaire

attente

chrysalide

affaire

envol

luciolle

maillage

miroir

printemps

pyramide

saida

trouble